Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Permanence :
3, boulevard Maréchal Joffre
38 000 Grenoble
tél : 04 76 46 18 27
fax : 04 76 87 67 26
Contact

Richard Cazenave

Membre honoraire du Parlement

dimanche 26 juin 2011

International

Afghanistan : 3 ans pour une prise de conscience qui aura coûté bien cher pour un résultat contreproductif.

Le Président Obama vient d'annoncer un changement de cap radical en Afghanistan, aussitôt suivi par une prise de position identique du Président français.

Le prétexte officiel est que, Oussama Ben Laden ayant été liquidé, la question du terrorisme ne se pose plus du tout comme avant !

Au-delà de la pirouette médiatique dont seront dupes ceux qui le voudront bien, c'est en fait l'échec total de la stratégie suivie jusqu'ici qui conduit aujourd'hui bien tardivement le Président Obama à ce revirement spectaculaire...

Aussi je ne peux résister, avec malheureusement beaucoup d'amertume, à rappeler le billet que j'avais publié il y a trois ans, lorsque la mode était d'envoyer plus de soldats dans les djebels d'Afghanistan - une stratégie qui, comme prévu, non seulement nous aura coûté cher en vies humaines, mais n'aura abouti au total qu'à renforcer culturellement, socialement et politiquement la position des Taliban dans la population afghane.

Lutter efficacement contre le terrorisme et œuvrer au renforcement en Afghanistan d'un pouvoir pro-occidental passait par une toute autre stratégie que celle consistant à devenir en quelque sorte, aux yeux des Afghans, une force d'occupation tentant d'imposer des valeurs aux antipodes de celles de la société afghane...

mardi 14 juin 2011

Général

Se rassembler pour agir

C'est avec tout le recul de ces quatre dernières années, consacrées à la vie économique, que je porte aujourd'hui mon regard sur la situation de notre ville et de notre pays. Un recul qui a pour effet de donner encore plus de relief aux aspérités de notre société et de mesurer dans toute son ampleur la perte de confiance dans l'action publique.

Une action publique dont, paradoxalement, le besoin n'a jamais été aussi fort qu'en ce temps où notre destin semble nous échapper et où les décisions qui affectent nos vies semblent surgir de nulle part...

Besoin d'action pour Grenoble, qui semble de plus en plus isolée sur la scène nationale et européenne. Marginalisée à droite, elle l'est également à gauche vis-à-vis du département et de la région. Une marginalisation ponctuée par une série impressionnante d'échecs et que la mise à l'écart de DSK, sur lequel Michel DESTOT avait fondé beaucoup d'espoirs, vient encore d'aggraver.

Besoin d'action pour notre pays, qui semble de plus en plus le jouet d'un ordre mondial décidé dans les salles de marché, où le profit financier de quelques-uns met en péril l'économie réelle de toute la planète et la solidité budgétaire des États.

À l'écart de la politique politicienne, la distance prise est cependant loin de se transformer en indifférence et ne me conduit pas à rompre définitivement avec l'engagement public.

Naguère c'est déjà avec beaucoup d'hésitation et après un parcours professionnel long que je me suis présenté pour la première fois devant les électeurs de Grenoble. Et je n'ai jamais été totalement digéré par le système politique vis-à-vis duquel j'ai toujours gardé ma liberté de parole et mon indépendance d'action.

Gaulliste avant tout, j'ai toujours su préserver au fond de moi ma capacité de refus, le désir et la force de dire NON.

J'en ai payé le prix à plusieurs reprises, y compris en 2007...

Aujourd'hui, c'est comme si, voyant les choses d'un autre point de vue, je percevais davantage les priorités et l'urgence de l'action. Et je ne me résous pas de voir ma ville passer à côté de son avenir, de même que je ne me résous pas de voir mon pays et l'Europe incapables de défendre ensemble un modèle de développement économique porteur d'espoir.

Dès lors, le combat politique s'impose plus que jamais !

L'engager au plan local suppose que la volonté des forces politiques soient tournée vers le même objectif d'avenir et non centrée sur de stériles querelles de personnes. C'est pourquoi, bien qu'étant personnellement libre depuis quatre ans de tout engagement partisan, j'ai pris il y a six mois des décisions de nature à recréer les conditions de l'union à l'UMP38.

Une UMP38 qui, avec Jean-Claude PEYRIN, promet de son côté de faire le choix de l'intelligence collective pour la désignation du candidat qui recevra son soutien, qu'il fasse ou non parti de ses rangs. Car il s'agit de rassembler toutes les forces vives : droite, centre, radicaux, écologistes responsables, mais aussi au delà tant et tant de nos concitoyens désireux d'être utiles mais désespérés par l'actuel paysage politique.

Alors pourra s'engager, sur des bases rénovées, et dans une démarche guidée par le seul impératif de l'intérêt général, la construction d'un nouveau projet pour Grenoble. Et l'espoir de contribuer, au plan national, à l'émergence d'un projet politique et économique capable de fédérer une nouvelle ambition européenne replaçant l'homme et l'économie entrepreneuriale au cœur du système.