Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Permanence :
3, boulevard Maréchal Joffre
38 000 Grenoble
tél : 04 76 46 18 27
fax : 04 76 87 67 26
Contact

Richard Cazenave

Membre honoraire du Parlement

mercredi 28 février 2007

Général

Remise de l'Ordre National du Mérite à André-Jacques Auberton-Hervé

J'ai remis lundi soir l'Ordre National du Mérite à André-Jacques Auberton-Hervé, Président-Directeur Général de SOITEC. Je vous propose de retrouver ci-après le discours que j'ai prononcé à cette occasion lors de la cérémonie organisée à la Préfecture.

Tribune

Lire la suite

mardi 27 février 2007

Vie Locale

Centenaire du ski au Sappey en Chartreuse

L'absence de neige cette année n'a freiné ni l'ampleur ni l'enthousiasme des très nombreux participants à la fête du centenaire du ski au Sappey, organisée par l'association du Centenaire (photo : Madame Pascale Mugnier-Huyghe, présidente de l'association). Des plus jeunes aux plus anciens, tous ont contribué à la réussite de ces journées.

Comite_organisation

Une occasion aussi de tester la complémentarité du Sappey et du Col de Porte, et de redire l'envie de tous de conserver cette vocation "station" qui fait partie intégrante de l'identité du Sappey. C'est là aussi à mon sens l'intérêt de l'agglomération grenobloise, et tous ceux qui comme moi ont fait leurs "premiers pas" sur skis au Sappey en mesurent l'importance.

Un objectif qui me paraît à la portée de l'agglomération grenobloise ou du département de l'Isère, par une convention permettant d'envoyer toute l'année, via les établissements scolaires et les MJC, des jeunes pour des activités de plein air en tous genres, et de garantir ainsi au Sappey des revenus mettant la commune à l'abri des aléas climatiques et donc des risques financiers.

Sappeyards[1]

Notes

[1] Les vieilles familles sappeyardes nous ont raconté l'époque où, avant de skier il fallait être bûcheron pour créer les pistes qui existent aujourd'hui, et damer la neige à pied !

mercredi 21 février 2007

Hémicycle

Fin de session

Fin de session émouvante à l'Assemblée nationale aux questions d'actualité de mercredi, chacun semblant faire ses adieux.

Le Président Jean-Louis Debré a déclaré que cette Présidence aura été l'honneur de sa vie, suscitant un hommage de l'ensemble de l'Hémicycle :

« M. le Président – Nous abordons la dernière séance de questions au Gouvernement de cette législature. Permettez-moi de remercier chacune et chacun d’entre vous et de vous adresser mes vœux. Présider l'Assemblée nationale aura été, je le dis très simplement, l’honneur de ma vie. (Mmes et MM. les députés et les membres du Gouvernement se lèvent et applaudissent) »[1]


Même émotion fait d'une grande sobriété dans la réponse du Premier ministre à la question en forme de bilan de la législature posée par le Président du groupe UMP Bernard Accoyer :

« M. Bernard Accoyer – À quelques heures de la fin de cette législature, il est bon de mesurer le chemin parcouru depuis cinq ans. (...) Nous avons trouvé en 2002 un pays où le chômage augmentait sans discontinuer depuis un an (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste et du groupe des députés communistes et républicains), où le pouvoir d’achat était bloqué par l’application des 35 heures (Mêmes mouvements), où les régimes sociaux étaient menacés parce que le gouvernement précédent avait renoncé à réformer, où l’insécurité avait explosé, où la dépense publique s’était emballée et où la construction stagnait (Mêmes mouvements).

Sous l’impulsion du Président de la République, des réformes essentielles ont été conduites dans tous les domaines par le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, puis par le vôtre, Monsieur le Premier ministre (Interruptions sur les bancs du groupe socialiste) : l’emploi a été stimulé et le chômage a baissé fortement depuis deux ans ; le pouvoir d’achat s’est accru grâce à la hausse du SMIC et de la prime pour l’emploi, mais aussi grâce à la réduction de l’impôt sur le revenu. (« La question ! » sur les bancs du groupe socialiste) ; les régimes sociaux ont été sauvés par la réforme des retraites et de l’assurance-maladie, cependant qu’était adoptée une loi sur les droits des personnes handicapées (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste et du groupe des députés communistes et républicains) ; la dépense publique a été maîtrisée depuis cinq ans (Mêmes mouvements), ce qui nous a permis de commencer à réduire la dette ; la sécurité, enfin, a été restaurée.

Notre situation a donc radicalement changé. Il reste certes beaucoup à faire (Mêmes mouvements), mais le bilan de ce quinquennat, celui de Jacques Chirac et de cette majorité, est sans doute le plus imposant de la Ve République. Nous pouvons en être fiers ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP)

Vous avez indiqué, Monsieur le Premier ministre, que vous comptiez agir pour la France jusqu’au dernier jour de cette législature, et nous vous en remercions. Pouvez-vous nous indiquer comment vous entendez conforter ce bilan dans les semaines à venir ? (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP)

M. Dominique de Villepin, Premier ministre – Au terme de cette session parlementaire, permettez-moi de remercier chacune et chacun d’entre vous : le président Debré pour son exigence républicaine, Bernard Accoyer et la majorité pour leur constant soutien au Gouvernement, mais aussi l’opposition pour la place qu’elle a tenue dans nos débats. Elle a joué son rôle, indispensable au bon fonctionnement de notre démocratie.

Notre pays a été remis sur les rails sous l’impulsion du Président de la République. Les chiffres sont en effet éloquents : le chômage est passé de 10,2 à 8,6 % en deux ans et la croissance de 1,6 à plus de 2 % (Interruptions sur les bancs du groupe socialiste). En deux ans, l’endettement public a diminué de deux points et le déficit budgétaire a été réduit de 20 milliards, soit 20 milliards supplémentaires pour les Français !

Il est vrai que le Gouvernement a traversé des épreuves – la crise des banlieues, le contrat première embauche (…) mais nous n’avons jamais baissé les bras. Face à la crise des valeurs, nous avons défendu l’égalité des chances, nous avons lutté avec acharnement contre les discriminations et nous avons refondé l’éducation prioritaire. Face au chômage des jeunes, nous avons réformé le service public de l’emploi, amélioré l’orientation et renforcé le lien entre l’université et l’emploi.

De tous ces combats livrés ensemble, permettez-moi de tirer quelques leçons personnelles, à quelques semaines d’échéances décisives pour notre pays. Nous sommes tous ici différents, par nos origines, nos sensibilités et nos engagements. Une telle diversité doit rester une force et ne doit pas se perdre dans des affrontements stériles. Continuons à avancer vers une démocratie du respect et de la responsabilité, qui fait de l’action et des résultats une exigence quotidienne. C’est pour cela que j’ai choisi de me consacrer entièrement et jusqu’au dernier jour à la mission qui m’incombe.

Mais nous avons également besoin d’une démocratie qui ne transige pas avec les principes fondamentaux de la République – tolérance, laïcité et humanité – et qui ne se contente pas de consensus limités aux questions de défense et de politique étrangère : sur des sujets aussi cruciaux que l’emploi, la sécurité et le désendettement, faisons preuve de réalisme et de pragmatisme. Et surtout ne nous divisons pas : l’intérêt national l’interdit dans un monde dont les changements exigent toujours plus de détermination et de volonté de notre part.

Lorsque je me suis exprimé pour la première fois devant vous en qualité de Premier ministre, voici deux ans, je m’étais fixé deux objectifs : défendre l’action politique au lendemain du référendum européen et permettre à notre pays de regarder à nouveau en face son avenir, en Europe et dans le monde. Fort du chemin parcouru, je l’affirme solennellement : il n’y a pas de fatalité. L’action politique peut changer la donne quand elle est au service de la République et de la France. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP) »[2]


La session n'était pas terminée pour autant, puisque le texte sur le droit au logement opposable était toujours en discussion et que des commission mixtes paritaires doivent également intervenir prochainement. Et avec Edouard Balladur, président de la commission des affaires étrangères à laquelle j'appartiens, nous recevions cet après-midi Benyamin Netanyahu en visite à Paris. L'ancien Premier ministre d'Israël semble être actuellement à droite le favori des sondages. Il est venu nous exposer son analyse de la situation en Iran et des relations Israël-Palestine.

Nous aurons l'occasion de reparler de tous ces sujets.

Notes

[1] extrait du compte-rendu analytique provisoire - déclaration du Président

[2] extrait du compte-rendu analytique provisoire - questions au gouvernement

mercredi 14 février 2007

France

Nouveaux progrès pour la solidarité

Ouverture de la 2ème conférence annuelle sur la dépendance

Le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille, Philippe Bas, a ouvert la 2ème conférence sur la dépendance. Le ministre a rappelé les mesures phares prises depuis 2003 pour relever le défi de la dépendance et notamment le lancement du Plan de Solidarité Grand Âge en juin 2005 qui mobilise 2,3 milliards d'euros sur cinq ans. Cette action doit être poursuivie autour de trois axes prioritaires :

  • développer encore l’offre de services et de soins, tant à domicile qu’en établissement
  • augmenter les personnels soignants dans les établissements
  • trouver des ressources durables de financement de la dépendance.

Sur ce dernier point, il a appelé à la « création d’une couverture complémentaire fondée sur la solidarité ». Philippe Bas a enfin rappelé qu’il attend les conclusions du rapport Gisserot, qui doit lui être prochainement remis, en vue pérenniser le financement de la dépendance, compte tenu de l’augmentation prévisible du nombre de personnes concernées.

Lire la suite

mardi 13 février 2007

France

Dernières nouvelles sur le front de l'emploi

-> Une nouvelle baisse du chômage en décembre 2006

Selon les données fournies par l’ANPE et la DARES, la baisse du chômage s’est poursuivie en décembre 2006. Sur l'année 2006, le recul du chômage atteint 9,9%, soit 231.000 demandeurs d’emploi de moins en un an. Le taux de chômage au sens du BIT est donc bien en-deçà des 9%, et s’établit désormais à 8,6% - contre 9,6% en décembre 2005.

Encore plus encourageant : le recul du chômage a concerné toutes les catégories de demandeurs d’emploi : seniors (-8,9% sur un an), jeunes (-9,9% sur un an), 25-49 ans (-10,2% sur un an), chômeurs de longue durée (-12,9% sur un an).

Lire la suite

dimanche 11 février 2007

Général

Visionnez les vidéos de France 3

Vous pouvez visionner les vidéos de France 3 sur le site de France 3 Rhône-Alpes :
- La voix est libre du samedi 3 février - Richard Cazenave répond à Didier Migaud
- L'édition Alpes du 19-20 (08/02/2007), avec notamment l'interview de Richard Cazenave à propos du sondage paru dans le Dauphiné Libéré le 8 février.

Certains d'entre vous ayant rencontré des problèmes de compatibilité avec le site de France 3, nous vous proposons de les visionner à l'aide des lecteurs intégrés ci-dessous (cliquer sur "Lire la suite") :

Lire la suite

vendredi 09 février 2007

Vie Locale

Départ à la retraite de Daniel Marandjian

Par le plus grand des hasards (mais y a-t-il un hasard dans la vie ?) j'ai été son tout dernier client, après avoir été un client fidèle depuis pratiquement 30 ans.

Après 48 ans de vie professionnelle, Daniel Marandjian est frais comme un gardon. La vie active conserve, il suffit de le voir pour s'en convaincre !

Daniel Marandjian coiffe Richard Cazenave

Bonne retraite Daniel, même si on te trouve un peu trop jeune pour abandonner tes clients ! Je me console en me disant que c'est Thérésa qui va me coiffer désormais, qui elle au moins a les mains douces ;-)

Cette retraite n'empêche pas Daniel Marandjian de demeurer très actif au sein de la Communauté Arménienne de l'Isère dont il est le Président. Il a beaucoup à faire cette année particulièrement, puisque c'est l'année de l'Arménie en France et que la Communauté organise divers événements à cette occasion.

Pour plus d'informations, contactez la Maison de la culture arménienne de Grenoble et du Dauphiné- 15 cours de la Libération et du Général De Gaulle - Grenoble

jeudi 08 février 2007

Agenda

Sondage : Richard Cazenave interviewé par France 3

France 3 a interviewé aujourd'hui Richard Cazenave à propos du sondage publié ce matin dans le Dauphiné Libéré (voir la réaction du député).

Cette interview sera diffusée ce soir à 19:00 dans le Journal des Alpes.

Général

Sondage ou mirage ?

L'étude d'opinion publiée ce jour par le Dauphiné Libéré et réalisée par IPSOS me semble à ranger dans la catégorie des opérations de manipulation qui fleurissent toujours à l'approche des élections importantes.

Comprendra qui pourra l'intérêt pour l'UMP de payer et de rendre public un sondage qui donne la candidate du Parti Socialiste gagnante dans tous les cas de figure ! Il y a là une stratégie suicidaire qui me laisse perplexe... car ce que l'on retient in fine de ce sondage, c'est que le candidat Carignon perd et fait perdre l'UMP.

A supposer que les chiffres publiés soient conformes aux résultats effectivement obtenus, ce dont je doute, il faut en premier lieu noter que les intentions de vote en ma faveur ont été recueillies après m'avoir affublé de l'étiquette « divers droite » qui ne correspond à aucune réalité. Élu à 54,23 % sous l'étiquette UMP par les électeurs, les VRAIS, de la 1ère circonscription, c'est bien en tant que tel que je me présenterai devant ces mêmes électeurs au mois de juin.

En second lieu il faut noter que la pluralité de candidatures à droite permet de totaliser 48 % au premier tour (23+15+10) contre 44 % sans ma candidature (30+14). J'observe d'ailleurs que Monsieur Carignon transforme l'or en plomb, réussissant une addition étonnante : 23+15=30 (au lieu de 38 !) C'est dire à quel point sa personnalité provoque un phénomène de rejet, y compris parmi les électeurs de droite. De plus, la manipulation, évidente, ne réussit pas à cacher cet écart de 8 points entre sa candidature et la mienne.

Enfin, pour ce qui concerne le deuxième tour, je constate qu'il n'ose pas prétendre obtenir un score équivalent au mien. C'est dire l'importance de l'écart réel entre nos scores respectifs. Écart d'ailleurs confirmé par les études antérieures qui me placent toutes sans exception 5 à 7 points devant lui au second tour. Pour mémoire vous pouvez consulter le sondage commandé par Max Micoud (qui avait eu l'honnêteté de lui donner l'étiquette UMP et non « divers droite »).

J'espère que l'UMP n'a pas dépensé trop d'argent pour cette manoeuvre qui globalement dessert notre camp et dont le but réel est de tenter de me déstabiliser, ainsi que ceux qui me soutiennent. Qu'il sache en tout cas que cette nouvelle opération d'intoxication est beaucoup trop éloignée du terrain et de la vraie vie pour avoir la moindre chance d'atteindre son but.

mercredi 07 février 2007

France

Le CJD et le « libéralisme responsable »

J'ai été heureux de répondre aux questions du Centre des Jeunes Dirigeants. Je m'y sens un peu en famille, puisque j'ai été pendant 20 ans cadre et cadre dirigeant dans différentes entreprises, et que je figure parmi le petit nombre des parlementaires qui aient fait précédemment une carrière de salarié en entreprise. C'est d'ailleurs à ce titre que j'appartiens à l'Assemblée nationale au groupe "Génération Entreprise", qui s'occupe d'opposer sa culture à la culture dominante des députés issus de la sphère publique...

Je dois dire aussi que je me retrouve très bien dans la vision du CJD d'un « libéralisme responsable », conscient notamment du rôle social et environnemental de l'entreprise, et profondément ancré dans les valeurs de liberté qui constituent le moteur fondamental de toute société et de l'épanouissement de l'individu. Je me suis donc tout naturellement trouvé en phase avec les idées débattues dans cette soirée.

Lire la suite

mardi 06 février 2007

Général

Revivez la soirée des voeux

Vous avez été nombreux à demander, par courriel, par téléphone ou par commentaires, à pouvoir relire les discours prononcés par Lucile Ferradou, André Eymery et moi-même le 18 janvier à l'Agora.

Je vous propose donc de les retrouver ici même en vidéo. Également à la demande de nombreux participants, vous pouvez accéder au diaporama dont Audrey Guyomard et Jacques Thiar m'ont fait la surprise.

Diaporama


Diaporama

Lire la suite

lundi 05 février 2007

Agenda

Débat avec les Jeunes Dirigeants

Richard Cazenave sera ce soir l'invité d'une réunion-débat avec le Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise à partir de 19:00 au Dauphitel (Echirolles).

vendredi 02 février 2007

Agenda

Richard Cazenave sur France 3

Richard Cazenave répondra à Didier Migaud demain

samedi 3 février de 11:30 à 12:00

en direct sur France 3 dans l'émission La voix est libre animée par Gérard Emica.

Les questions porteront sur l'actualité nationale et locale.